1ère partie

Fermer 01 Médiation familiale

Fermer 02 Echec monoparental

Fermer 03 Emprises sectaires

Fermer 04 L'enfance maltraitée

Fermer 05 Parentalité

Fermer 06 Jeunesse

Fermer 07 Sectes nocives

Fermer 08 Difficultés de justice

Fermer 09 UNADFI

Fermer 10 Partenaires

2ème partie

Fermer 01 Comité parental

Fermer 02 Enfants du divorce

Fermer 03 Médiation familiale

Rédacteur


Nombre de membres1 rédacteur
Rédacteur en ligne : 0
07 Sectes nocives - Maltraitance sectaire

Face à la détresse des familles confrontées au phénomène sectaire, certains s’étonnent que de tels mouvements ne soient pas condamnés pour leurs atteintes à la liberté et à la dignité d’adeptes mis et maintenus en état de sujétion. On pense, en effet, que dans un pays de droit la loi protège les victimes et sanctionne les auteurs d’abus frauduleux d’état de faiblesse, d’autant que la France s’est dotée d’une loi (Loi About).

C’est compter sans la difficulté de fournir devant la justice des preuves recevables de ces abus, difficulté d’autant plus grande que les techniques de communication et d’influence, largement utilisées dans tous les domaines de la vie publique et privée, ne cessent de gagner en subtilité… et efficacité. C’est aussi compter sans le pouvoir et la capacité des manipulateurs (groupes ou individus) de rendre très difficile le recours à la justice de la part de leurs « adeptes ».

Il faut beaucoup de courage et de lucidité à un parent pour porter en justice un contentieux avec une de ces dérives sectaires qui revendique à son profit le respect des libertés qu’elle dénie à ses adeptes.

Il faut du courage à qui ose attaquer une organisation sectaire financièrement puissante. Pour ne pas perdre, celle-ci mobilise des avocats habiles à faire traîner la procédure, et active ses réseaux pour décourager les témoins, tenter d’influencer les experts -voire les juges, comme le rappelle à propos des USA, l’avocat américain Graham Berry.

Il faut du courage à un sortant, ancien adepte, pour surmonter ses sentiments de culpabilité et de honte et affronter la pression morale du groupe et du gourou qui connaît généralement tout de lui. Il court le risque de ne pas être entendu ni compris, un non-lieu pouvant alors représenter pour lui une deuxième peine.

Il faut du courage à un parent désireux de soustraire ses enfants à un embrigadement précoce, de la ténacité aussi, pour se faire entendre sans être accusé de dénonciation de crime imaginaire ou d’atteinte à la liberté de croyance (voir loi Alfred Naquet sur le divorce en 1884 Wikipedia hélas toujours enseignée à l'ENM).

Accompagnant familles et sortants depuis de longues années, nos réseaux savent combien l’action de la justice (en contentieux familial*) est inéfficace pour redonner leur dignité aux parents affectés et leurs enfants touchés, pour mettre une limite à la toute puissance des gourous, pour protéger les personnes les plus vulnérables, tout particulièrement les enfants.

*- Ajout du modérateur.

Date de création : 09/07/2009 @ 00:28
Dernière modification : 01/08/2009 @ 17:03
Catégorie : 07 Sectes nocives
Page lue 900 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^